Accueil  >  Les enseignements  >  Culture artistique > Interview Joe Pilgrim

Rubrique Education musicale

Interview Joe Pilgrim

Le 22 juin 2018 - Mme DELORGE

Avant la venue des artistes de Reggae, les élèves avaient préparé des questions à leur poser, en cours d’éducation musicale. N’ayant pas eu le temps pour ses échanges, Joe Pilgrim a souhaité y répondre par mail.

Réponses aux 3ème A :

Diego : Pourquoi avoir choisi le style reggae ?
Je n’ai pas choisi le reggae, c’est je crois le reggae qui m’a choisi. C’est un rythme très particulier mais que j’apprécie particulièrement à danser.

Hugo : Quel modèle ou référence avez vous suivi pour vous lancer dans le reggae et pourquoi ?
Ce qui m’a vraiment lancé, c’est quand j’ai traduit une chanson de Bob Marley : « WAR », qui est en fait le discours de Haile Selassié (Empereur et chef d’état de l’Ethiopie ) devant les Nations unies en 1963. J’ai alors décidé d’être, moi aussi, le porte-parole de la Paix, de l’humanisme avec la musique comme véhicule. Musicalement, Ce sont des groupes comme « Culture » ou « The Abyssinians » qui m’ont influencé.

Émeline : Êtes vous allés en tournée à l’étranger ?
Oui, je suis allé tourner au Mexique, en Angleterre, en Autriche, en Italie, en Bosnie, en République Tchèque, pour l’instant.

Walid : Êtes vous allés en Jamaïque ?
Non, je ne suis pas encore allé en Jamaïque mais j’ai rencontré beaucoup d’artistes jamaïcains qui m’ont invité à venir les voir .

Evan : A part, le reggae quel autre style aimez-vous ?
J’aime beaucoup d’autres styles : l’Afro-Beat, Le Rap des années 90’s, les musiques indigènes et traditionnelles du monde, la Funck, La Soul, le Blues, le Jazz, la musique classique indienne, la Rumba, le Calypso, la musique cubaine comme Compay Segundo ou Buena Vista Social Club, La musique classique aussi.

Émeline : Comment avez-vous trouvé le nom du groupe ? Quand le groupe a-t-il été créé ?
Joe Pilgrim and The Ligerians, ce sont 2 histoires différentes. Pour « Pilgrim » en français « pèlerin » c’est que je me suis toujours senti comme un « pèlerin », car j’aime marcher, j’aime la montagne et j’aime les lieux chargés d’énergies et de vibrations positives où l’on peut se ressourcer et faire silence. « Joe » , c’est que quand j’ai commencé à écrire, je parlais souvent d’un Joe et ça me parlait !
« The Ligerians » c’est un groupe de Tours et ce nom vient du mot « Ligériens » en français. La Ligère est l’autre nom donné à la Loire qui passe à Tours. Et donc, les ligériens sont les habitants du Val de Loire.

Alexandre : Depuis quand jouez-vous de la musique (pas dans le groupe) ?
Je joue de la musique professionnellement depuis 14 ans maintenant, exactement depuis 2004, j’ai commencé au Lycée.

Marius : Avec quel chanteur connu voudriez vous chanter ?
J’aimerai chanter avec une chanteuse jamaïcaine qui s’appelle Jah9 .

Walid : Est ce que vous jouez un autre style ?
Oui je chante dans un groupe d’Afro-Beat et je chante des reprises de Georges Brassens c’est un chanteur de chanson française des années 70.

Mohamed : Quelle est votre chanson qui a le plus marché ? Vous reconnaît-on dans la rue ?
Ma chanson qui a le plus marché s’appelle « Holy Light ». Oui ça arrive que l’on me reconnaisse dans la rue

Émeline : Que pense votre famille de votre métier ? Quel est votre parcours, études etc ... ?
Ma famille pense que je dois continuer tout en sachant être présent à eux. Ils me soutiennent et m’encouragent à faire ce qui est important pour moi.
Je suis allé jusqu’en Terminale Littéraire. J’ai passé le Bac mais je ne l’ai pas eu. J’ai alors travaillé avec les enfants en tant qu’animateur. En parallèle, j’apprenais à jouer de la musique … Puis je me suis décidé à faire de la musique, mon métier. J’ai fait une formation musicale, j’ai pris des cours de chant, j’ai composé des chansons. J’ai rencontré d’autres musiciens qui cherchaient un chanteur et avec eux j’ai appris beaucoup aussi. J’ai toujours chanté, au départ à l’église avec mes parents puis dans des chorales africaines avec mes parents, au collège, puis au lycée.

Diego : Vivez-vous le rastafarisme ?
Je vis une philosophie qui se rapproche du Rastafarisme mais, je ne suis pas rasta dans le sens où Haile Selassié n’est pas mon guide spirituel comme il l’est pour les rasta. Cependant, je respecte énormément les valeurs et la sagesse Rasta qui est très humaniste et se rapproche de la philosophie des Lumières.

Alexandre : Chantez vous avec l’Auto-Tune ?
Non, je ne chante pas dans l’Auto-Tune car je n’aime pas trop cet effet. Peut être qu’un jour je l’utiliserai mais pour l’instant je n’ai pas de morceaux qui s’y prêtent.

Émeline : Si vous avez des enfants, partagent-ils votre passion ?

Oui j’ai des enfants. Ils aiment ma musique et me donnent des conseils parfois. J’aime écouter leur conseils car les petits sont souvent très sensibles. Ils partagent ma passion et aiment bien que je joue avec eux aussi sans faire de la musique et c’est normal.

Réponses aux 3ème B :

Nassim : Où vivez-vous ? Combien gagnez-vous par mois ?
Je vis en Ardèche dans une maison et je suis Intermittent du spectacle, je gagne assez pour vivre.

Faïma : Depuis combien de temps faites-vous du reggae ?
Je fais du reggae depuis 14 ans maintenant.

Nassim : Habitez-vous dans un bidonville comme Bob Marley ?
Non, je n’habite pas dans un bidonville même si ma famille n’est pas riche. J’ai toujours vécu en France et on ne peut pas comparer la vie d’un artiste en France et celui d’un artiste en Jamaïque à l’époque de Bob Marley car l’histoire de la Jamaïque est très différente de celle de la France.

Faïma : Etes-vous allés en Jamaïque ?
Non, je ne suis pas encore allé en Jamaïque mais j’ai rencontré beaucoup d’artistes jamaïcains qui m’ont invité à venir les voir.

Umut : Faites vous la musique pour l’argent ou la passion ?
Je pratique la musique d’abord par passion et foi. Cependant dans la société économique dans laquelle nous vivons, il est important d’avoir et de gagner de l’argent. Donc, je suis obligé de marchander ma musique pour vivre. Quand on décide de faire de la musique, il faut voir ça comme une entreprise et savoir bien se former pour être plus libre .

Maëlla : Combien êtes-vous dans le groupe ? Avez-vous fait de grosses salles ou festivals ?
Nous sommes 7 musiciens + un ingénieur du son qui connaît bien notre musique. Oui nous avons joué dans de gros festivals, mais nous sommes en développement alors nous avons encore de belles salles où aller jouer.

Nassim : Combien coûtent les instruments ?

Ça dépend des instruments, et de la qualité de fabrication et de ce que tu veux en faire c’est à dire quelle musique tu veux jouer ? On peut dire que il y a 3 classes d’instruments : le matériel pour amateurs, les instruments d’étude et les instruments professionnels où là les prix peuvent être très hauts.

Faïma : Quand est née la passion ?
Ma passion pour la musique est née quand j’ai écouté de la musique qui m’a pris au cœur et donné envie de danser. Mais j’ai d’autres passions.

Camille : Avez-vous rencontré Bob Marley ?
Je n’ai jamais rencontré Bob Marley car il est mort en 1981 et je suis né en 1981.

Maëlla : D’autres personnes de votre la famille font-ils du reggae ?
Oui, mon petit frère fait du Reggae mais mon autre frère et ma sœur font aussi de la musique mais pas du Reggae.

Nassim : Tenez-vous à votre carrière ?
Ma carrière est importante, mais je sais qu’il y a une partie des choses que je ne contrôle pas. Mais je reste déterminé dans ma voie car je me suis fixé un objectif … J’ai confiance et je suis reconnaissant en ce que la Vie guide mes pas pour me réaliser et vers ce qu’il y a de mieux pour moi. Je dois savoir être patient et persévérant.

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018

Services en ligne

Restez informé